approche systémique

Le coaching par l’approche systémique

L’approche systémique est un mode de pensée né d’une convergence de la théorie des systèmes et des théories de la communication.

Ce modèle s’intéresse à l’individu dans ses relations aux autres et propose des modes de pensée qui aboutissent à des solutions efficaces et simples à mettre en œuvre.

Il s’inscrit dans une causalité circulaire (et non linéaire comme dans le mode analytique), ce qui lui permet d’aborder des situations plus complexes.

L’approche systémique repose sur 4 grands principes fondamentaux :

  1. Le principe de totalité (analyse des interactions de l’intelligence collective)
    En bref, le système n’est pas réductible à la somme de ses éléments, contrairement à une analyse cartésienne. De là émerge notre croyance dans l’efficacité du co-Développement tant pratiqué en Amérique.
  2. Le principe d’interaction : chaque élément du système peut interagir sur les autres éléments du système.
  3. Le principe d’homéostasie : le système est toujours résistant à un changement et cherche toujours à retrouver son équilibre antérieur
  4. L’équifinalité : « tous les chemins mènent à Rome » ! C’est-à-dire qu’un même résultat peut être obtenu par des voies différentes alors que la mise en pratique de moyens similaires peuvent donner des résultats divergents.

Voici les principaux  outils de l’approche systémique  :

  • l’observation: regarder le système fonctionner sans l’interpréter et avec une logique inclusive (l’observateur ou le coach fait partie du système. Il n’est donc pas neutre).
  • le recadrage qui consiste à « changer le point de vue perceptuel, conceptuel et/ou émotionnel à travers lequel une situation donnée est perçue pour la déplacer dans un autre cadre qui s’adapte aussi bien et même mieux aux « faits » concrets de la situation et qui va en changer toute la signification » (Paul Watzlawick)
  • la modélisation et les représentations graphiques pour porter attention à l’écologie humaine et aux impacts de tout changement : schéma du système, de ses interactions et du cadre pertinent pour saisir la logique du problème dans sa globalité.
  • Le client est expert de son problème et maître de son propre changement
  • la nécessité de créer une alliance avec son client : installer un climat de confiance qui aidera le manager à nous suivre dans sa zone d’inconfort